Le média des entreprises qui construisent la société de demain

10 février 2023 : les 15 infos éco & business qu’il ne fallait pas manquer cette semaine

Un homme travaillant sur un ordinateur devant un graphique catastrophe
© Andreas Balg via iStock

Investissements en berne, essor des métiers à impact et emploi des seniors : voici le meilleur des décryptages économie et entreprises de la semaine.

Qu’avez-vous loupé cette semaine ? Voici notre revue de presse hebdomadaire : un concentré de décryptages économie et entreprises !

Économie

En bref

Voyons le verre à moitié plein : malgré un contexte économique particulièrement compliqué, les entreprises continuent à créer des emplois. Mais après 7 trimestres de nette hausse, avec un plus bas autour de 100 000 emplois créés au 2ème trimestre 2022, ce sont seulement 3 000 emplois qui ont été créés au dernier trimestre 2022. Néanmoins, les dernières prévisions sont plus optimistes pour les deux premiers trimestres de 2023 : l’Insee prévoit respectivement 27 000 et 12 000 créations d’emplois. Moins réjouissantes en revanche, les prévisions d’investissement des entreprises pour cette année sont en berne. 8 sur 10 prévoient de ne pas investir du tout, selon la dernière Grande consultation des entrepreneurs (GCE) réalisée par OpinionWay pour CCI France, La Tribune et LCI. Seule consolation : l’industrie reste mobilisée, 3 industriels sur 10 prévoyant des investissements, se positionnant comme le premier secteur investisseur. Alors que les entreprises se plaignent des difficultés qui freinent leurs investissements, force est de constater qu’elles n’actionnent pas tous les leviers à leur disposition pour se renflouer. Ainsi, seules 30% des entreprises qui pourraient toucher une aide pour régler leur facture d’énergie en ont fait la demande. Les TPE et PME, principales cibles, sont victimes de phobie administrative et rechignent à recourir à l’un des 3 dispositifs à leur disposition (bouclier tarifaire, plafonnement, amortisseur).

En détail

RSE

En bref

Selon une étude, les cadres sont préoccupés et angoissés par la situation climatique. Résultat : ils souhaitent que l’entreprise joue un rôle pour freiner la dégradation de l’environnement. Une des solutions qui s’offre à eux est de repenser leur métier, pour lui donner plus de sens. Une tendance qui explique aussi le succès des entreprises à mission : 3 ans après la création de ce statut particulier par la loi Pacte, elles sont désormais 1 000. À noter pour celles qui voudraient franchir le pas : il faut compter entre 6 et 18 mois pour qu’une entreprise se transforme. Parmi les secteurs qui doivent se repenser, le numérique n’est pas en reste. La consommation électrique des datacenters dans le monde est en constante augmentation en raison de la croissance exponentielle des données et de l’utilisation croissante d’Internet – et les évolutions technologiques, notamment liées à l’intelligence artificielle, pourraient bien accentuer la tendance.

En détail

Cybersécurité

En bref

Des cyberattaques coordonnées ont frappé des centaines d’entreprises dans plusieurs pays, qui ont vu leurs données chiffrées par un rançongiciel. Heureusement, les autorités en charge de la cybersécurité se sont rapidement mobilisées pour venir en aide aux victimes et les aider à contourner le problème pour récupérer ce qui pouvait l’être – à défaut de leurs données, au moins la maîtrise de leurs systèmes. Preuve que la cyber-résilience des entreprises s’améliore, comme l’a souligné le baromètre du Cesin. En effet, 45% des répondants – parmi les membres du Cesin – ont été touchés en 2022 par une cyberattaque ayant réussi, un chiffre en recul de 9 points, pour la première fois sous le seuil des 50%. Bon point aussi pour la France, elle n’est pas touchée par la vague de licenciements qui a cours dans le secteur de la cybersécurité aux États-Unis. Alors que plusieurs grands éditeurs logiciels ont mis à la porte des centaines voire des milliers de personnes, la pénurie de candidats fait toujours rage de ce côté de l’Atlantique.

En détail

Leadership

En bref

Au-delà des considérations politiques, la réforme des retraites est aussi un sujet de leadership. L’allongement des carrières devra être géré par les entreprises, et cela demande un réel accompagnement. Les salariés les plus âgés regrettent souvent un manque de considération des spécificités liées à l’âge. Les patrons sauront-ils se saisir de l’enjeu ? La CPME estime en tout cas qu’il ne faut surtout pas brandir la menace de sanctions. « Les petites entreprises ne peuvent ni de doivent servir de variable d’ajustement dans le débat parlementaire en cours », assène l’organisation face aux demandes d’Elisabeth Borne à l’encontre des entreprises qui ne prendraient pas le sujet de l’accompagnement des seniors au sérieux. À ce titre, le gouvernement s’attaque également aux ruptures conventionnelles, dispositif traditionnellement gagnant-gagnant pour les employeurs et les salariés qui quittent l’entreprise. Ce qui est pointé du doigt : les « préretraites déguisées », qui coûteraient surtout beaucoup aux finances publiques.

En détail

Investissement

En bref

C’était le feuilleton du weekend dernier : Virginie Morgon, qui était à la tête du fonds Eurazeo depuis 2018 s’est faite remercier par la famille Decaux, actionnaire principal de la structure. Un conseil de surveillance extraordinaire a mis fin à un bras de fer inédit qui s’est donc conclu par le départ d’une des figures féminines les plus emblématiques de la finance tricolore, remplacée par un duo masculin davantage aligné sur les intérêts des actionnaires. Autre révolution, technologique celle-ci, l’utilisation de ChatGPT par les aficionados de la finance qui l’utilisent pour se former aux rudiments de l’investissement – même si l’intelligence artificielle se défend de pouvoir prédire l’évolution des marchés. La nouvelle version de l’IA, attendue dans quelques semaines, pourrait créer quelques remous dans le secteur si elle était amenée à remplacer certains analystes… Enfin, les grands gagnants de la montée au capital de La Redoute par Galeries Lafayette – désormais actionnaire à 100% de l’enseigne – sont… le millier de salariés actionnaires qui se partagent 100 millions d’euros. Et démontrent que l’actionnariat salarié est synonyme de création de valeur pour toutes et tous !

En détail

Mélanie Roosen & Géraldine Russell

2
3

vous accompagnent chaque semaine sur Intelekto

le média dédié aux entreprises façonnant l’avenir de notre société

Recevez toutes les semaines
notre newsletter gratuite éditorialisée

* champs obligatoire

Rejoignez la discussion !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.