Le média des entreprises qui construisent la société de demain

3 questions à Charlotte Abdelnour, responsable des engagements environnementaux, sociaux et économiques (Octo Technology)

Les entreprises technologiques ont-elles vraiment besoin de faire de la RSE ? Comment fédérer les équipes autour du sujet ? Et les clients ? Entretien avec Charlotte Abdelnour, d’Octo Technology.

Chaque mois, Intelekto part à la rencontre d’une personnalité qui souhaite faire évoluer son secteur. Pour cette « nomination du mois », nous avons interrogé Charlotte Abdelnour, nouvelle responsable des engagements environnementaux, sociaux et économiques d’OCTO Technology. Ensemble, nous avons évoqué la place de la RSE dans une entreprise du numérique, analysé le bénéfice d’un tel engagement pour les collaborateurs et collaboratrices, et discuté de l’importance d’avoir une culture commune sur ces sujets. Interview.

Quel est votre rôle, en tant que responsable des engagements environnementaux, sociaux et économiques chez OCTO Technology ?

Charlotte Abdelnour : OCTO Technology assume, depuis longtemps, de forts engagements sociaux. Nous sommes notamment engagés auprès d’ACCES pour l’embauche de profils en reconversion et signataires de la charte d’engagement LGBT+ de l’Autre Cercle. Mais, depuis quelques années, la question de l’environnement prenait de plus en plus de place dans nos réflexions, notamment autour des sujets de gouvernance. Sans que cela ne soit très officiel, nous regardions comment la RSE était appréhendée ailleurs. Et il faut bien admettre que souvent, c’était… poussiéreux. Et ça ne nous correspondait pas du tout. En parallèle, j’accompagnais depuis 2 ans, en plus de mes fonctions au marketing et à la communication, notre chief sustainability officer Dominique Buinier sur la certification B Corp. Nous nous sommes rendu compte que 20% de mon temps n’était pas suffisant pour avancer correctement sur le sujet. Ainsi, une partie de mon travail va consister à réunir les sujets économiques, sociaux et environnementaux. Nous allons continuer nos efforts pour rester parmi les « Best Places to Grow » et « Great Places to Work », avec un focus sur l’inclusivité et la diversité. En interne, nous avons d’ailleurs un collectif auto-organisé qui s’appelle Diversités dont la mission est de mettre en place des actions thématiques au sein de l’entreprise. Mais le chantier principal, c’est la réduction de nos émissions carbone. Nous allons identifier les 10 facteurs physiques les plus importants, concernant nos émissions, et faire en sorte de les réduire au maximum. Nous avons aussi monté un groupe de réflexion autour de la séquestration durable de CO2 et nous sommes en relation avec des agriculteurs œuvrant pour la transition écologique et ayant besoin de financement. Enfin, nous montons des groupes de travail avec nos « concurrents-amis » autour du numérique responsable : les boîtes de la tech ont besoin de se tirer vers le haut, d’œuvrer de façon commune pour une cause noble. Impossible de faire preuve d’individualisme sur le sujet : il faut créer des alliances !

Pourquoi les entreprises de la tech doivent-elles se doter d’une telle fonction ?

C. A. : Nous avons une vraie responsabilité en tant qu’entreprise tout court. Depuis 4 ou 5 ans, les équipes qui nous animent évoquent spontanément le sujet. Qu’est-ce qu’on pourrait faire à notre niveau pour réduire notre impact ? Peut-on mettre en place le tri sélectif ? Organiser des ateliers pour apprendre à faire du compost ? Nous avons simplement choisi de ne pas ignorer ces réflexions personnelles et de les appliquer à l’entreprise. Considérer la vie d’un salarié dans son ensemble est un atout en matière de recrutement. L’équation est simple : de plus en plus de gens cherchent à concilier leurs convictions personnelles et leur vie professionnelle, et il devient difficile de recruter de bons profils dans la tech. Si l’on regarde le sujet dans son ensemble, c’est un gain. Les collaborateurs sont épanouis, fidèles. Être dans une entreprise qui respecte ses convictions, ça permet de ne pas avoir une double personnalité. En ce qui concerne l’externe, les clients qui veulent nous référencer ont besoin qu’on leur partage notre politique RSE, nos labels, nos références. Ils nous demandent des preuves ! Tout cela nous pousse à nous structurer, à devenir des ambassadeurs du numérique responsable.

Quels sont, selon vous, les grands défis de la RSE à venir ?

C. A. : Le défi principal reste de convaincre les gens qui sont dans le déni, qui regardent le sujet avec crainte. Il faut sensibiliser sans choquer, accompagner sans juger. Nous essayons par exemple d’organiser des ateliers comme la Fresque du climat pour sensibiliser nos équipes et nos clients, les aider à passer de la prise de conscience à l’action. Mais il y a des personnalités complètement hermétiques au sujet. Ce n’est pas grave tant qu’il s’agit de « détracteurs passifs ». Car si un membre du collectif est réticent, que faire ? Doit-on poser la question de leur engagement aux candidats et candidates dès l’entretien ? Chez OCTO, nous avons choisi de faire en sorte que nos engagements se voient le plus possible. Si une personne est complètement désalignée, elle ne sera pas à sa place et s’en rendra compte rapidement. Autrefois, l’engagement social et environnemental était considéré comme un sujet personnel. Aujourd’hui, c’est partie intégrante de l’entreprise. Cela demande de réfléchir collectivement à la façon dont on veut aborder les problématiques, dont il faut élaborer les plans d’action.

Biographie

Titulaire d’un Master 1 en Marketing en double parcours à la Munich Business School et à la BBA INSEEC puis d’un Master 2 en Management Commercial International à l’IAE de Bordeaux, Charlotte Abdelnour intègre directement OCTO Technology en 2013 au poste d’Events & Communication Manager puis Marketing & Communications Senior Manager (2016-2022). Elle s’investit dès 2019 aux côtés de Dominique Buinier, dans la feuille de route sociale & environnementale d’OCTO et décroche la certification B Corp. Charlotte Abdelnour siège également au comité d’éthique de l’entreprise.

Mélanie Roosen & Géraldine Russell

2
3

vous accompagnent chaque semaine sur Intelekto

le média dédié aux entreprises façonnant l’avenir de notre société

Recevez toutes les semaines
notre newsletter gratuite éditorialisée

* champs obligatoire

Rejoignez la discussion !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires