Rechercher

Le média des entreprises qui construisent la société de demain

Sobriété énergétique : les entreprises recrutent des profils dédiés

Une ampoule en verre contenant un petit arbre
© Pom669 via iStock

Alerte nouveaux métiers ! Pour faire face à la crise énergétique, les entreprises étoffent leurs équipes. Elles sont près d’un tiers à vouloir recruter des profils spécialisés.

La crise énergétique n’épargne évidemment pas les entreprises. Le cabinet Robert Walters note dans une étude qu’elles sont 83% à avoir constaté une forte hausse de leurs dépenses. Résultat : la consommation – ou plutôt, sa réduction – d’énergie devient leur priorité. Quitte à recruter sur le sujet.

Besoin de profils experts

Parmi les fonctions qui peuvent contribuer à la réduction d’énergie, les entreprises identifient principalement les achats et la supply chain, l’ingénierie, l’IT et le numérique. Le cabinet note une augmentation significative du nombre d’offres d’emploi pour le poste d’ingénieur en énergie, 68% en un an.  

Pourtant, seules 29% des organisations interrogées envisagent de recruter à ces postes. C’est relativement peu, surtout lorsque l’on sait qu’elles sont 94% à se dire sensibilisées aux sujets de sobriété énergétique et numérique.

Inégalités selon les secteurs et les moyens

Les entreprises qui n’ont pas les moyens de recruter sur le long terme à ces postes-clés se retrouvent abonnées aux « petits gestes« . Elles sont ainsi 85% à réduire le chauffage en plein hiver, 80% à éteindre les lumières, 62% à optimiser les équipements mais seulement 46% à lancer un audit énergétique. Le télétravail, qui permet aux organisations de faire des économies, n’est plébiscité qu’à 31%. À ce sujet, il faut rappeler que tous les secteurs d’activité ne peuvent pas faire travailler leurs équipes à domicile.

Des solutions à moyen terme

C’est aussi parce qu’il existe des solutions intermédiaires que toutes les entreprises ne recrutent pas en CDI à ces postes. Ainsi, les managers de transition, à qui l’on confie provisoirement la direction d’un sujet, d’un projet ou d’une organisation, intéressent particulièrement les entreprises pendant la crise. Roland Bergeretti, consultant chez Robert Walters et spécialiste de la question, explique être « régulièrement sollicité pour des managers de transition sur des missions de chef de projet étude énergétique ou de responsable projet économie d’énergie » depuis le début de la crise. Il estime que les recrutements permanents devraient se multiplier à mesure que les sociétés se rendront compte que l’enjeu est important à long terme et que ce type de profils permet non seulement de résoudre, mais aussi d’anticiper certaines difficultés.

Quand économies et attractivité vont de pair

Au-delà des économies – d’énergie et financières – réalisées, recruter ce type de profils permettrait de faire gagner les entreprises concernées en attractivité. C’est en tout cas l’avis de 44% d’entre elles. Elles évoquent la possibilité de combler la pénurie de talents, notamment chez les cadres, qui sont 72% à déclarer que la politique RSE est un élément déterminant dans le choix d’une entreprise.

Mélanie Roosen & Géraldine Russell

2
3

vous accompagnent chaque semaine sur Intelekto

le média dédié aux entreprises façonnant l’avenir de notre société

Recevez toutes les semaines
notre newsletter gratuite éditorialisée

* champs obligatoire

Rejoignez la discussion !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires