Le média des entreprises qui construisent la société de demain

21 novembre 2022 : ce qu’il faut retenir de l’actu éco & business

© DR / Élysée

G20, bouclier cyber et fonds stratégique : voici le meilleur des décryptages économie et entreprises de la semaine dernière.

Qu’avez-vous loupé la semaine dernière ? Voici notre revue de presse hebdomadaire : un concentré de décryptages économie et entreprises !

Économie

En bref

Verra t-on bientôt apparaître un dollar numérique, ersatz virtuel du billet vert ? La Fed de New York teste durant 12 semaines l’intérêt d’une copie numérique du dollar qui, contrairement aux cryptomonnaies, ne sera pas inscrite dans la blockchain. Un moyen de rendre la monnaie « plus inclusive ». Dans le même temps, la Fed nationale a fait de la surveillance des cryptoactifs une « priorité », alors que la chute de la plateforme FTX secoue le secteur. Priorité aussi pour le G20, qui s’est engagé lors de sa dernière réunion à « s’assurer que les cryptoactifs soient étroitement surveillés et soumis à une régulation robuste et une supervision ». Objectif affiché ? « Limiter les risques potentiels pour la stabilité financière ». Les leaders mondiaux ont également évoqué dans leur déclaration finale la crise énergétique qui frappe durement l’ensemble des pays. Alors que la France se mobilise au niveau européen pour faire adopter certaines mesures, notamment la décorrélation des prix de l’électricité de ceux du gaz, le temps presse. Les fournisseurs d’électricité devront, le mois prochain, faire connaître leurs besoins pour établir leurs demandes d’accès au courant des centrales nucléaires et les industriels craignent de voir les factures exploser avec le prix du kWh.

En détail

Investisseurs et financeurs

En bref

Cocorico : mardi dernier, la capitalisation totale des sociétés cotées à la Bourse de Paris a dépassé pour la première fois celle de la City de Londres. La place financière du Royaume-Uni pâtit du Brexit mais aussi de l’instabilité politique et de l’incertitude budgétaire, qui rebutent les investisseurs et lui préfèrent la capitale française, au détriment également de Francfort. La situation est plus chaotique sur le front des marchés non cotés. Plusieurs fonds de capital-risque emblématiques, notamment Sequoia Capital, sont éclaboussés par la faillite de la plateforme de vente de cryptomonnaies FTX. Des enquêtes menées par des médias ont révélé que le fondateur de FTX avait investi plusieurs centaines de millions de dollars dans deux fonds gérés par Sequoia, également investisseur dans FTX. Un mélange des genres dangereux qui interroge d’autant plus sur la responsabilité des fonds dans le crash de FTX que ces derniers n’avaient pas exigé, comme c’est le cas dans la plupart des investissements de cette envergure, de place au conseil d’administration de la plateforme. Pour surmonter la crise économique, les fonds français n’hésitent plus à engager des operating partners, chargés d’épauler leurs participations au quotidien.

En détail

Entreprises

En bref

Sale temps pour les TPE et PME ! Le dernier Baromètre Bpifrance Le Lab et Rexecode indique que les petites et moyennes organisations voient leur trésorerie se dégrader, et témoigne d’une baisse en matière d’investissements. Les difficultés de recrutement couplées à celles d’approvisionnement et à l’augmentation des prix de l’énergie fragilisent l’écosystème. Et comme si cela ne suffisait pas, les cyberattaques à leur encontre se multiplient. Au programme : des attaques ciblant les réseaux toujours plus nombreuses. Pour s’en protéger, se doter d’outils technologiques apparaît comme une solution. Enfin, face à l’inflation et plutôt que d’augmenter ses équipes, les entreprises choisissent de plus en plus de dispositifs pour partager la valeur. La dernière enquête de l’AFG (association française de la gestion financière) constate une augmentation du nombre d’entreprises faisant bénéficier leurs salariés d’un dispositif d’épargne salariale. Leur nombre est passé de 348 000 en juin 2021 à 367 000 en juin 2022 (+5,6%). Une dynamique encore plus forte chez les entreprises de moins de 50 salariés (+6,1%).

En détail

Intelligence économique

En bref

Pas question que les menaces cyber viennent ternir la réputation des entreprises françaises à quelques mois des Jeux olympiques organisés à Paris. Le gouvernement compte bien protéger les PME les plus sensibles – dont les secteurs d’activité sont recensés dans la nouvelle directive NIS2 – en finançant un « bouclier cyber » comprenant de l’audit, du conseil et de la formation en cybersécurité. Un autre dispositif, un « filtre anti-arnaques » doit être déployé dès l’été 2023 pour avertir les internautes des risques liés à un site et déjouer ainsi les tentatives de ventes frauduleuses qui ne manqueront pas de pulluler pendant les JO. Autre préoccupation qui mobilise l’Anssi : l’espionnage économique, en forte recrudescence ces derniers mois, comme l’a souligné le directeur de l’agence lors de l’European Cyber Week. Enfin, dans une tribune publiée par le Journal du Dimanche, deux député et maire Les Républicains relancent le débat sur un fonds stratégique destiné à protéger les fleurons industriels tricolores. Les deux signataires imaginent un dispositif constitué des participations stratégiques de la Caisse des Dépôts et Consignations, de BPI France dans les grandes entreprises cotées et du portefeuille de l’Agence des Participations de l’État, soit au total 180 à 200 milliards d’euros.

En détail

Mélanie Roosen & Géraldine Russell

2
3

vous accompagnent chaque semaine sur Intelekto

le média dédié aux entreprises façonnant l’avenir de notre société

Recevez toutes les semaines
notre newsletter gratuite éditorialisée

* champs obligatoire

Rejoignez la discussion !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.