Le média des entreprises qui construisent la société de demain

Davos, greenwashing et souveraineté énergétique : les 15 infos éco & business à retenir cette semaine

Revue de presse du 19 janvier 2024
© World Economic Forum / Montage Intelekto via Canva

Voici le meilleur des décryptages économie et entreprises de la semaine.

Qu’avez-vous loupé cette semaine ? Voici notre revue de presse hebdomadaire : un concentré de décryptages économie et entreprises !

Engagement environnemental

Solutions. Renforcer les systèmes d’alerte précoces, améliorer l’accès aux données, et rendre accessibles les « informations scientifiques qui sauvent des vies ». C’est le projet de Celeste Saulo, nouvelle cheffe de l’OMM, pour mieux lutter contre les émissions de gaz à effet de serre.

Réglementation. Alors que les politiques publiques demandent de plus en plus aux entreprises de montrer patte verte dans l’obtention d’un contrat, ces dernières emploient parfois des termes à mauvais escient – comme « dépolluant », « écotoxicité réduite » ou « upcycling », qui ne disposent pas de définitions officielles – pour gagner des contrats.

Nouvelles organisations. Avoir un business green, c’est chic… mais surtout indispensable. Contribuer à la crise climatique, c’est contribuer à la crise sanitaire d’ampleur qu’elle entraînera dans son sillon. Bonne nouvelle : les entreprises commencent à en avoir conscience.

Responsabilité numérique

Innovation. Emmanuel Macron a choisi 14 dirigeants de start-up pour l’accompagner au Forum économique mondial de Davos. IA, spaceTech et quantique y tiennent une place de choix. L’occasion pour ces happy few de faire rayonner l’image d’une France innovante. Mais aussi de se constituer un réseau précieux pour leurs activités commerciales et capitalistiques…

Cybersécurité. À Davos, les dirigeants ont beaucoup parlé IA et cybersécurité cette semaine. Dans leur collimateur : les tentatives de déstabilisation, à coup de désinformation notamment. Une arme numérique redoutable, qui a des répercussions économiques, sociales et financières. Et nécessite une cybersécurité bien rôdée pour faire face.

Intelligence artificielle. Des Gafam de l’intelligence artificielle : voilà la hantise des dirigeants européens. Après avoir réglementé l’IA avec l’AI Act, l’Union européenne cherche désormais le moyen de rééquilibrer la concurrence dans le secteur. Mais pas question de voir le sujet par le petit bout de la lorgnette. L’UE souhaite donc faire émerger une myriade d’acteurs plutôt qu’une poignée de géants.

Cohésion sociale

RH & Management. Seuls 20% des collaborateurs aspirent désormais à être managers. La cause de cette faible proportion : un sentiment d’isolement, une forte charge mentale liée à la performance, et l’impression d’être parfois « pris en étau ».

Bien-être au travail. Ateliers de méditation, outils de gestion du stress, chief happiness officers… Tout cela ne servirait à rien, selon une étude. Celle-ci montre que l’état des salariés qui bénéficient de ces initiatives ne serait pas meilleur que celui de ceux qui n’en bénéficient pas.

Inclusion. Des contenus ludiques pour faire avancer les sujets de diversité et d’inclusion en entreprise, c’est le pari de Remixt, qui vient d’annoncer une levée de fonds de 500 000 euros. L’objectif : former tous les salariés à ces sujets, qu’ils évoluent en start-up ou au sein de grands groupes.

Compétitivité économique

Nouveaux modèles. Des dirigeants plus confiants, en recherche de résilience. Voilà le paysage dépeint par la dernière étude mondiale de PwC sur le moral des CEOs. Conscients que leurs entreprises doivent se réinventer pour perdurer, ils sont pris entre deux feux : résister aux menaces immédiates et trouver de nouveaux leviers de croissance pour assurer leur avenir.

Souveraineté. Pendant qu’Emmanuel Macron prône la souveraineté européenne à Davos, la souveraineté tricolore, elle, a du plomb dans l’aile. La loi sur la souveraineté énergétique s’est vue dépossédée de son volet programmatique par Bercy, qui préfère temporiser. Ou tout simplement contourner le débat parlementaire ?

Investissement. Innover davantage dans le domaine de la défense : c’est l’idée derrière le véhicule créé par le FEI dédié au secteur. Doté de 175 millions d’euros, il doit permettre de flécher des fonds vers des entreprises développant des technologies à la fois pour le domaine civil et militaire.

Mélanie Roosen & Géraldine Russell

2
3

vous accompagnent chaque semaine sur Intelekto

le média dédié aux entreprises façonnant l’avenir de notre société

Recevez toutes les semaines
notre newsletter gratuite éditorialisée

* champs obligatoire

Rejoignez la discussion !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.