Rechercher

Le média des entreprises qui construisent la société de demain

Bouclier cyber européen : Thierry Breton veut en finir avec la naïveté en matière de cybersécurité

Le drapeau de l'Union européenne avec un cadenas au milieu superposé à une carte de l'Europe
© traffic_analyzer via iStock

Le commissaire européen chargé du Marché intérieur annonce un projet de 1 milliard d’euros pour construire plusieurs centres opérationnels de sécurité. Ils seront déployables dans l’UE dès 2024.

Il est décrit comme le « Galileo de l’espace cyber », et rallie déjà 17 États membres de l’Union européenne. Le Cyber Solidarity Act, qui sera présenté officiellement par Thierry Breton le 18 avril 2023, proposera la construction d’au moins 5 centres opérationnels de sécurité (Security Operations Centre ou SOC en anglais) en Europe afin de sécuriser en amont son réseau.

Ce projet coûtera plus de 1 milliard d’euros. Son objectif : centraliser et consolider la réponse de l’Union européenne face aux cyber-menaces. Ces centres seront pilotés à base de supercalculateurs et d’intelligence artificielle pour repérer et tracer des actes malveillants sur l’ensemble du réseau européen et seront opérationnels dès 2024.

« L’espace informationnel ne s’arrête pas à nos frontières physiques, indique Thierry Breton aux Echos. Au-delà des efforts de chaque pays, nous devons unir nos forces pour être plus efficaces ensemble dans la détection, la défense et la dissuasion. » L’organisation d’une telle réponse aux cyber-menaces est sans précédent en Europe. Elle mobilisera plusieurs milliers de volontaires et de professionnels ainsi que les autorités nationales dans une logique d’assistance mutuelle.

Une réponse européenne face aux cybermenaces

Le cyberespace occupe une place importante dans les sociétés européennes. Objets connectés, voitures intelligentes, ou réseaux d’infrastructure, le cyberespace européen devient une cible grandissante pour la cybercriminalité. En parallèle de la guerre en Ukraine, les cyberattaques sur le territoire ont enregistré une hausse de 140%.

Ce « dôme » de protection visera à compléter le Cyber Resilience Act signé en novembre 2022. Celui-ci obligea les fabricants d’objets connectés à intégrer des mesures de protection dès leur conception (« cybersecurity by design »). Le Cyber Solidarity Act sera capable d’identifier des comportements malveillants en quelques heures seulement, et sera doté de capacités de réponses à ces menaces. « Il faut en finir avec la naïveté aussi en matière de cybersécurité. Le temps est à l’action coordonnée », conclut Thierry Breton.

Rejoignez la discussion !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires