Le média des entreprises qui construisent la société de demain

Cybersécurité : faut-il sensibiliser dès le berceau pour enrayer la pénurie de talents ?

Pourquoi les enfants doivent être sensibilisés à la cyber le plus tôt possible
© Tetiana Soares via iStock

Sensibiliser les enfants à la cybersécurité, c'est aussi rentable pour les entreprises ! Cela limite les risques pris par leurs futurs salariés, nourrit le vivier de talents dans le secteur et éduque les futurs dirigeants aux problématiques cyber.

D’année en année, la pénurie de salariés en cybersécurité s’accroît. Les besoins deviennent de plus en plus importants et la « production » de talents n’augmente pas. Pour sortir de cet engrenage infernal, l’entreprise BonjourCyber, qui accompagne les PME et les ETI, a réfléchi aux personnes à acculturer en priorité. « Qui sensibiliser le plus tôt possible à cet univers numérique pour inverser la tendance ? Les plus jeunes, à partir de 5 ans« , constate Farid Lahlou, co-fondateur et CEO de l’entreprise.

C’est pourquoi l’entreprise a publié un Abécédaire de la cyber, qui décline les grands concepts de la cybersécurité à travers les 26 lettres de l’alphabet. « L’idée est d’apporter à ce jeune public non pas de la formation ou des connaissances mais une certaine sensibilité aux sujets cyber », précise le dirigeant. L’objectif est évidemment de susciter, à terme, des vocations pour enrichir le vivier des talents en cybersécurité ; mais aussi de sécuriser les pratiques des futurs internautes, qui sont confrontés aux écrans de plus en plus tôt.

Parler cyber à des interlocuteurs non cyber

La rédaction de l’ouvrage a présenté un double défi. D’une part expliquer des concepts parfois techniques à des lecteurs non avertis. Et se mettre à la hauteur d’un lecteur de 5 ou 6 ans, avec un vocabulaire adapté. « Le spectre de compréhension des enfants est loin de celui d’un adulte, observe Farid Lahlou. Nous avons donc travaillé avec 3 institutrices. » Premier écueil : éviter de parler de cybersécurité avec un prisme angoissant. « Mieux vaut évoquer des concepts positifs plutôt que ce qui fait peur » pour ne pas rebuter les mini-lecteurs. Exit le hacker menaçant en sweat à capuche, bonjour le geek malin prêt à défendre son ordinateur !

Deuxième challenge : parvenir à créer de bons réflexes dès les premiers pas numériques. « En matière de sécurité, c’est l’observation de comportements répétitifs qui amène les enfants à intégrer certaines pratiques, rappelle le fondateur de BonjourCyber. Par exemple, quand ils voient leurs parents fermer la porte à clé lorsqu’ils sortent de chez eux. Ils apprennent que leur chez-eux est un lieu d’intimité et qu’ils doivent verrouiller la porte pour la protéger parce que la porte constitue une barrière entre celle-ci et le monde extérieur. » Les auteurs ont donc cherché à reproduire cet apprentissage grâce à des explications claires, des exemples concrets et des mises en situation connues des plus jeunes.

Mission réussie, estime Farid Lahlou. Les premiers retours de lecteurs ont indiqué que « les concepts très techniques de la cybersécurité sont devenus ludiques et les enfants se sont appropriés un sujet évoqué par leurs parents ». Les entreprises en verront-elles les effets ? Probablement pas tout de suite. Mais c’est en posant dès maintenant des jalons qu’elles nourriront leur bassin de recrutement de demain. Et que les futurs dirigeants seront mieux éduqués à la cybersécurité.

Mélanie Roosen & Géraldine Russell

2
3

vous accompagnent chaque semaine sur Intelekto

le média dédié aux entreprises façonnant l’avenir de notre société

Recevez toutes les semaines
notre newsletter gratuite éditorialisée

* champs obligatoire

Rejoignez la discussion !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires