Le média des entreprises qui construisent la société de demain

3 questions à Luména Duluc, nouvelle directrice du Clusif

Luména Duluc
© Clusif

Le Clusif, qui rassemble les acteurs de la sécurité du numérique en France, se dote d’une nouvelle directrice au parcours atypique. Rencontre avec Luména Duluc.

Chaque mois, Intelekto part à la rencontre d’une personnalité qui fait bouger son secteur. Pour cette « nomination du mois », nous avons interrogé Luména Duluc, nouvelle directrice du Clusif. Ensemble, nous avons évoqué ses missions à venir, l’importance de fédérer autour de la cybersécurité, ainsi que la représentation des profils atypiques dans le secteur. Rencontre.

Quelles seront vos principales missions en tant que directrice du Clusif ?

Luména Duluc : Elles seront une prolongation du rôle que j’avais déjà. Depuis 2017, je travaille avec l’appui et la confiance du conseil d’administration sur l’évolution du Clusif, en tant que déléguée générale. L’une de mes missions sera d’ouvrir l’association, qui a pendant longtemps eu la réputation d’un « club fermé ». Aujourd’hui, il est temps d’ancrer la cybersécurité au service de l’intérêt général. C’est aussi l’ambition de notre plan stratégique, « Impulsion 2025 ». Il doit permettre de sensibiliser tous les métiers, et pas seulement ceux qui sont directement liés à la cybersécurité, aux bonnes pratiques de sécurité numérique. Pour cela, nous voulons fédérer les associations autour de convictions et d’une éthique communes, développer des contenus utiles. Il y a un alignement, un moment pour faire reconnaître notre mission comme étant d’utilité publique. Le Clusif fête ses 30 ans, le Campus Cyber a ouvert ses portes et devient un lieu fédérateur… Nous sommes matures pour aller plus loin !

Vous parlez de l’importance de fédérer autour des enjeux de sécurité numérique. Comment cela se concrétise-t-il ?

L. D. : Les lieux de rassemblement sont importants, mais moins que les projets et les valeurs. Nous avons été modestes, en tant qu’association, pendant longtemps. Nous n’avions pas d’étendard spécifique. Aujourd’hui, c’est différent : nous rassemblons des adhérents qui viennent de tous les secteurs, de structures aux tailles variables, aux chiffres d’affaires différents… et pourtant, tout le monde porte la même cotisation. Il y a une notion d’équité quand les sujets sont débattus autour d’une table. Cela permet un partage commun, riche, et des livrables applicables. C’est cela, fédérer. Pour comprendre les intérêts des concernés, il est indispensable de créer un esprit d’échange et de partage. C’est aussi pour cela que nous avons un déontologue au sein de l’association. Il s’assure que les égos ne prennent pas le dessus, que les problèmes soient vite résolus, que les questions ne restent pas en suspens. Le tout, dans la ligne de notre charte éthique. Fédérer n’empêche pas le débat, mais implique le respect.

Vous êtes une femme, vous n’avez pas fait d’études d’ingénieure… Est-ce important de montrer une pluralité de profils dans la cybersécurité ?

L. D. : C’est vrai qu’au départ, je ne réponds pas aux critères attendus pour le poste. Je suis autodidacte, je ne suis pas ingénieure… Mais j’ai fait de la philosophie ! Et donc, de la logique. Cela peut paraître étrange, mais les éléments se rejoignent. Je me suis formée, j’ai appris. Je pense qu’il est important de montrer des profils dynamiques et positifs, qui sont là pour leurs compétences plutôt que parce qu’ils entrent dans un cadre. Le fait d’avoir un cursus différent fait de moi une reine du contournement. Et bien entendu, il faut que les femmes soient plus visibles pour être considérées. On ne peut pas exclure la moitié de l’humanité des métiers du numérique. J’espère ouvrir la voie à d’autres. Ce n’est pas un secret : nous faisons face à une pénurie de ressources dans la cybersécurité. Tous les postes ne nécessitent pas d’avoir fait bac +18, nous avons besoin de profils divers, variés, motivés ! Les cultures différentes se complètent, le numérique doit s’emparer de cette richesse.

Biographie

Spécialiste de l’information, Luména Duluc est directrice du Clusif. Ancienne rédactrice en chef et responsable adjointe du digital au Service d’Information du Gouvernement, elle est auditrice de la première session nationale de l’IHEDN, majeure Souveraineté numérique et cybersécurité. Elle est diplômée d’un Master Management de la Presse Écrite à l’IEP de Rennes, d’un DESS Conseil Éditorial et Gestion des Connaissances à la Sorbonne Paris IV. Elle est également membre du conseil d’administration de cybermalveillance.gouv.fr.

Mélanie Roosen & Géraldine Russell

2
3

vous accompagnent chaque semaine sur Intelekto

le média dédié aux entreprises façonnant l’avenir de notre société

Recevez toutes les semaines
notre newsletter gratuite éditorialisée

* champs obligatoire

Rejoignez la discussion !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires